Dual Blog : DeFr's Weblog

Une nuit en Corail Lunéa | lundi 19 mars 2007, 00h37

Mood: Weird

Bon bon, j'ai un retard conséquent dans les posts que je voulais faire, mais comme ce n'est pas en les laissant s'entasser que la situation s'améliorera, on va commencer à vider un peu la file d'attente. Le post actuel aurait donc théoriquement du être posté vers mi-février. Après tout, ca ne fait donc qu'un gros mois de retard... Nettement moins qu'un bon nombre d'autres posts qui devraient arriver ;-)

Ainsi donc, février, les élèves ingénieurs de l'ECN ont une petite semaine de vacances... qui sera passé dans la belle famille, ma tendre moitié n'étant pas retourné dans son Sud natal depuis début Septembre (ce changement de statut fait aussi parti de ce qui aurait nettement mérité un post, et qui devrait être réparé prochainement). Ne sachant pas à l'avance si nous pouvions partir dans la journée de samedi ou si des formalités nous retiendrait à Nantes, il a été décidé de partir le samedi soir pour ne pas perdre trop de journées de cette courte semaine de vacances. Toutefois, Nantes <-> Toulon, c'est tout de même au minimum 7h, souvent plus. La solution a été vite trouvée grâce à Voyages SNCF : le train de nuit, qui en plus de nous permettre a priori de dormir et donc, de voyager en temps masqué coutait nettement moins cher qu'un voyage de jour. A l'occasion, j'appris qu'en réalité, ces trains de nuits s'appelaient des Corail Lunéa.

Aucun problème, si ce n'est qu'à une semaine du départ, nous commençons à nous poser des questions pratiques sur le déroulement de ce trajet : savoir qu'on est dans un wagon-lit, ça permet de supposer qu'on disposera d'une couchette, mais en y réfléchissant bien, c'est tout de même un peu court quand on veut se préparer (psychologiquement et physiquement) à ce genre de voyage : faut-il prévoir une couverture ? un oreiller ? doit-on se préparer à avoir chaud ou froid ? et finalement, il y aura combien de personnes dans notre compartiment ? Sommes toute, aucune question réellement métaphysique, mais, des détails qui permettent de se préparer un peu.

Normalement, à cet instant entre en jeu Google, on obtient les renseignements souhaités et on vaque sainement à d'autres occupations... Sauf que dans le cas présent, les informations sont des plus spartiates; le site officiel de la SNCF fournit quelques détails mais peu, Wikipedia est particulièrement aride sur le sujet (mise à part une information particulièrement rassurante sur d'éventuels problèmes sanitaires...). En conséquence, je poste, et j'espère que ces expériences pourront peut-être servir à d'autres ;-) Voici donc un petit compte rendu des différents évènements et émotions qu'ils ont engendrés, dans un ordre aussi chronologique que possible.

20h10, on arrive à la gare de Nantes; le train part à 20h46 d'après nos billets, tout va donc bien. Nous avons de la chance, la voie de départ est déjà affichée, nous nous y rendons donc, curieux de voir à quelle sauce nous allions être mangé pour le transport. Et en montant dans le train, il faut bien avouer que la première impression n'est pas particulièrement positive; le couloir est particulièrement étroit et l'arrivée dans le compartiment renforce cette impression, me faisant me féliciter de ne pas être claustrophobe : en seconde classe, chaque compartiment comporte 6 couchettes (bas, milieu et haut et à gauche ou à droite) pour une surface au sol qui approximative de 6m², on a réellement l'impression d'être tassé. Fort heureusement, le train n'était pas entièrement rempli, nous n'étions que 4 dans le compartiment, atténuant un peu la sensation d'entassement.

Bon, avoir observé le compartiment, c'est bien, mais des gens attendent derrière et ça commence à sérieusement bouchonner vu la taille du couloir : il nous faut donc y entrer et trouver où caser nos valises. Etant les premiers arrivés, nous avons pu les placer sous l'une des couchettes du bas. Nos billets nous indique que nous occuperons les couchettes du haut, ce qui personnellement me convient, je préfère généralement dormir aussi haut que possible dans des lits superposés, au moins j'ai la garantie que personne ne me tombera dessus ;-)

Après avoir bataillé avec l'échelle pour monter dans le lit, je m'y installe, et découvre ce qui sera mon chez moi pour la nuit. Un genre de duvet nous attend, ainsi qu'un oreiller emballé sous plastique : ca ne tiendra pas très chaud, mais vu la température dans le wagon, ce n'est pas un problème. Plutôt positif, assez pour rattraper la couchette qui a du être très confortable il y a un temps certain. Par contre, il ne faut pas espérer pouvoir s'assoir pour lire ou se servir de son ordinateur portable, la hauteur sous plafond est réellement réduire au minimum... Ca a le mérite d'être clair, les compartiments ont été conçus pour transporter des gens allongés, ils devront par conséquent voyager allonger. Le petit problème, c'est qu'étonnament, à 20h46, les gens ne tombent pas forcement de sommeil ;-).

Coup de chance, le couple avec qui on partage le compartiment pour le voyage est assez sympathique, et ils vont jusqu'à Nice : ce n'est pas eux qui vont nous reveiller en pleine nuit en descendant du train ^^;

Après moults essais, j'arrive enfin à trouver une position allongée à peu près confortable et permettant de lire, et c'est à ce moment que le train part de la gare de Nantes pour entamer son long périple. C'est une sensation un peu étrange, même si je suis pourtant coutumier du train, l'ayant pris pour faire l'aller retour Paris-Nantes tous les week-end depuis deux ans; une grande partie de ce sentiment d'étrangeté vient de la position allongée. A vitesse constante, le mouvement du train peut presque s'assimiler à un doux bercement (à mon sens, même si Sylvie était d'un avis assez différent...), mais les accélérations et décélérations sont assez perturbantes, donnant dans un premier temps l'impression qu'on risque de se retrouver à tomber dans l'allée centrale.

Au programme, lecture jusqu'à 23h30 (ca tombe bien, j'ai reçu à Noël une grande quantité de livres de Terry Pratchett ^^;), puis extinction de la lumière d'un commun accord des 4 habitants pour la nuit de notre compartiment (enfin, de ceux ne s'étant pas déjà assoupis :p).

Les sensations sont étranges mais, la fatigue aidant, on arrive à peu près à s'endormir. Comme il est possible pour un compartiment de couper les annonces de service, on n'est pas dérangé par les annonces de services à l'arrivée dans les différentes gares, ce qui est quand même un très bon point... Même si les arrêts parfois un peu brutaux dans certaines gares ont de fortes chances de réveiller. Au global, le voyage s'est fait sans encombre, même si le sommeil n'a pas forcement été d'une grande qualité.

Après un arrêt relativement long à Marseille (a priori, en attente des pompiers qui ont pris en charge un des passagers), il est temps de se préparer pour être prêt à sortir du Corail à l'arrivée à Toulon, où il fera un arrêt annoncé de 3 minutes (on aurait pu sauter du train en marche s'il était si pressé ;-)). A 8h20, nous nous retrouvons donc sur le quai de la gare de Toulon, prêt à affronter une nouvelle journée... Et la première de nos vacances ^^.

Idéalement, nous aurions été bien reposé par cette longue nuit, et aurions pu faire tout plein de chose, mais j'avoue que j'ai du faire une sieste dans l'après-midi pour rester à peu près d'attaque.

Au global, le train de nuit, c'est une bonne idée, mais la réalisation n'est quand même pas idéale... Toutefois, c'est quand même une façon de voyager qui peut vous faire gagner un peu de temps, à condition de ne pas vous attendre à sortir en pleine forme de votre nuit :-)

P.S. : merci à Morgan et Sylvie de m'avoir pousser à relancer un peu ce blog, j'espère réellement que ce poste amorce la pompe me permettant de vider la pile de posts en attente :-)

Asmodée à 01h54, le lundi 19 mars 2007
Je suis vraiment ravie de voir que tu t'es remis à ton blog ^^
Et ce voyage, quelle aventure lol Entre le ballotage gauche droite et haut bas, la ventilation qui s'arrête dès que le train s'arrête en gare et le bruit franchement je risque pas d'oublier ^^ J'avais l'impression d'être coincé dans un mixeur ou alors dans un sauna quand le train était arrêté mdr Et puis moi j'arrive pas à lire coucher et encore mois plier en quatre pas juste :p Bon c'est vrai faut voir le coté positif ça fait pas perde de jours de vacances de voyager de nuit mais faut encore arriver à récupérer du voyage après :p
Longue vie à ton blog mon chéri et vivement le prochain post ^^

Morgan à 09h44, le lundi 16 avril 2007
Etant donné que je gère très mal mes flux RSS et que, pour une raison mystérieuse, j'ai longtemps été convaincu qu'il n'y en avait pas sur ton blog, je ne découvre cette mise à jour qu'aujourd'hui... ce dont je me réjouis... mais qui m'effraie aussi : comment ça, tu n'as pas posté de nouveau billet depuis le 19 mars ;-) !!! Tsssss, bientôt un mois d'abstinence bloguesque, est-ce bien raisonnable (on me fait remarquer, dans l'oreillette, que je suis très mal placé pour parler ;-)). Au plaisir de te lire en tout cas ! J'espère que ton TFE se passe bien et qu'il te procure ce que tu souhaitais pour préparer l'avenir ;-)

Revenir au blog
Vous souhaitez ajouter un nouveau commentaire ? Faites donc, il vous suffit de remplir le petit formulaire ci-dessous.
Sites visités