Dual Blog : DeFr's Weblog

Automgen ou le cauchemard de l'ergonome | mardi 31 mai 2005, 22h54

Un petit peu de contexte : le tronc commun de première année à l'ECN comprenne un enseignement dont le nom de code est AUTOM, et qui est en réalité un cour d'automatisme. En gros, de la logique combinatoire ou séquentielle, ce genre de chose. Rien à redire dans le principe, ca fait plutot parti des choses que j'aime bien faire. Un peu moins bien niveau cours / td, mais, passons, ce n'est pas le propos de ce post. Car, en effet, il y a aussi des TPs, qui s'effectuent en grande partie sur un logiciel professionel, nommé Automgen. Le but du logiciel, c'est de pouvoir rentrer les schémas combinatoires ou graphcet, et de voir le logiciel interprété cela,et réagir dynamiquement à des changements d'état. Plutôt sympathique.

Cependant, on se rend compte dès les premières secondes d'utilisation que tout ne va pas être aussi rapide que ca... voir avant. En effet, au début du premier TP, une gentille thésarde ( erm, enfin, je pense ) se dévoue pour nous montrer sur un poste comment fonctionne AUTOMGEN. Le fait qu'elle est dû s'y reprendre à plusieurs fois pour réussir à placer ce qu'elle veut au bon endroit n'est à priori pas particulierement flatteur pour le logiciel en lui-même, et correspond à la premiere fois ou je me suis dit : Mais, euh, qu'est-ce que c'est que ca ?. Malheureusement, si c'était la première fois, ce n'était pas, loin s'en faut, la dernière. Si j'arrive à installer une version de démo d'AUTOMGEN, j'illustrerais ce post de quelques screenshots, toutefois, à défaut, une description devra suffire.

Un premier problème, important et entravant de facon non négligeable le workflow, vient du mécanisme de selection. En effet, AUTOMGEN oscille entre deux mondes, et n'a absolument pas fait ce qu'il aurait du pour pouvoir les concilier. Je m'explique : de facon interne, l'espace de travail d'AUTOMGEN est constitué de bloc, qui doivent avoir à l'écran une largeur d'une bonne vingtaine de pixel. Chaque case peut recevoir un et un seul schéma graphique. En soit, même si le système est quand même un peu démodée étant donnée les capacités de traitements des ordinateurs modernes, il n'est tout de même pas totalement aberrant. Après tout, c'est comme ca que sont construit les maps de la plupart des RTS, et ca donne des résultats sympathiques. Cependant, il est vital de fournir à l'utilisateur des repères adaptés. AUTOMGEN ne le fait pas, laissant le pointeur et le mécanisme de selection par défaut de Windows : en clair, les rectangles de selection dessinables ne collent pas à la grille. Le problème, c'est qu'il faut alors que le logiciel essaie de deviner à quels cases de la grille la selection correspond, et, à ce jeu là, AUTOMGEN est particulierement mauvais. Ainsi, on se retrouve souvent avec des cellules périphériques non voulues de selectionnées.

Ce défaut ne serait pas redhibitoire si AUTOMGEN n'avait pas une autre tare : si jamais votre selection contient des cases vides, et que lors du déplacement, ces cases vides se retrouvent au dessus de cases pleines, alors, elles effaceront le contenu des cases. Par conséquent, si jamais la selection que vous avez effectuée au paragraphe précédent contient quelques cases vides, vous risquez de vous retrouver à effacer sans le vouloir des parties importantes du dessin. Un algorithme simple, faisant diminuer les parasites en élimiant toutes les cases vides de la selection effectuée, aurant pourtant pu être implementée en quelque chose comme 2h par un stagiaire à mon humble avis, en augmentant de facon non négligeable le confort d'utilisation.

Si les problèmes se limitait à la selection, le logiciel serait agacant, mais utilisable une fois certaines habitudes prises. Malheureusement, il n'en est rien. Il existe notament un autre problème, et de taille celui là : la palette qui apparait sur le bord gauche de l'écran. En soit, l'idée est asseez bonne : on selectionne un element dans la palette, on l'amene dans l'espace de travail, et hop. C'est ce qu'utilise par exemple Microsoft dans Visual Basic, permettant de dessiner des interfaces d'applications... Là encore, le problème vient de l'implémentation, que je qualifierais de lamentable. Il semble que les concepteurs n'est pas envisagé qu'il était possible d'ajouter une barre de défilement à la palette. Ce qui implique que dans certaines des catégories bien fournie, les elements de la palette deviennent illisible, et la palette, par conséquent, inutilisable. Je vous jure que j'ai du, dans je ne sais plus quelle catégorie, inserer les elements de la palette un à un pour les voir à une taille décente et trouver le bon !

Si les problèmes s'arretaient à l'interface utilisateur - allez, un dernier pour la route, j'suis pas entierement convaincu du caractère intuitif des couleurs jaunes pour le 1 et vert pour le 0, sachant qu'en général, on associe l'état 1 à vrai - on aurait un logiciel pénible à utiliser, mais tout de même utilisable. Il pourrait peut-être même rendre quelques services. Malheureusement, les problèmes semblent plus profond. Peut-être - je dis bien peut-être - que les problèmes rencontrés viennent d'une modification du modèle par défaut à utiliser pendant les TPs, mais toujours est-il que dans l'implémentation d'une fonction, les 3/4 du temps sont passés à essayer de comprendre le comportement à priori non déterministe de l'application.

Subversion et logiciels de gestions de versions | dimanche 29 mai 2005, 12h37

Sites visités